Parlez-nous de vous ?

« Je suis Vendéen d’origine, arrivé dans le Nord en 2006. Je suis Président et Fondateur du Campus des Dirigeants, centre de formation pour les dirigeants. J’ai été Directeur Général de Réseau Entreprendre, c’est en partie là que j’ai pris conscience qu’être Entrepreneur était une chose, mais que dirigeant en était une autre. Et je me suis dit que si les entrepreneurs ne souhaitaient pas devenir la limite du développement de leur entreprise, ils devaient apprendre le métier de dirigeant.  »

Comment l’envie est née de créer le Campus des Dirigeants ?

« C’est en observant toutes ces entreprises que l’envie est née, j’ai accompagné des entreprises dans différents secteurs. C’est pour moi un aboutissement de créer le Campus. C’est une synthèse de tout ce que j’ai appris et qui fait qu’aujourd’hui, j’ai du plaisir à le partager avec d’autres intervenants.  »

Pourquoi Roubaix et la Maison d’Alfred ?

« Je cherchais un lieu qui soit beau et reposant. Je voulais quelque chose qui ne soit pas impersonnelle comme certains endroits ressemblant à des blocs et qui se juxtaposent les uns avec les autres, mais qui soit dans l’air du temps. Un lieu de rencontre où on partage, on rencontre des personnes intergénérationnelles, des professionnels, des associations, des particuliers. Et je trouve que La Maison d’Alfred rassemble tous ces critères qui sont importants à mes yeux.  »

Votre Vision de l’Entrepreneuriat et de la création ?

« J’ai vu beaucoup de transformations sur ce secteur et je me rends compte de l’évolution du secteur de la création d’entreprises. La France est un pays formidable pour entreprendre, en tout cas pour créer, contrairement à d’autres pays qui ne rassemblent pas autant de propositions à l’intention des créateurs. Ici, quel que soit votre profil, votre projet, il y a forcément un organisme de financement ou d’hébergement qui peut vous accompagner. Et on a la chance d’avoir Pôle Emploi qui est le 1er financeur de la création d’entreprises. Un demandeur d’emploi peut s’installer comme créateur d’entreprises et il est pris en charge pendant quelques mois. C’est un avantage inouï. Je ne connais pas beaucoup de pays qui permettent cela.  

Que manque-t-il pour booster le secteur de l’entreprenariat et donner une autre image du « Patron » ?

Il faut se dire qu’une entreprise n’est pas faite que pour faire du profit. Une entreprise a un projet et si elle existe, c’est qu’elle est utile auprès de ses clients, ses fournisseurs, ses partenaires et surtout auprès de la société. Elle crée de la valeur, c’est clair qu’une entreprise doit faire du profit, mais ce n’est pas sa finalité.

Le Campus un vrai booster ?

« Nous travaillons surtout sur le dirigeant et l’impact sur le dirigeant. Notre volonté profonde n’est pas de s’arrêter là mais que cet impact rayonne sur ses équipes.  Et on agit sur le dirigeant pour que cela soit quelque chose de plus grand pour son entreprise. Et moi, ce qui me réjouis est que tous les gens qui travaillent auprès de nos clients se disent : « on a un dirigeant formidable et chaque matin, on est content d’aller travailler. »